Vous êtes ici : Accueil Nos actions L’épicerie sociale fonctionne encore, et livre ses bénéficiaires

Association Repartir

Dernières publications

www.association-repartir.com

L’épicerie sociale fonctionne encore, et livre ses bénéficiaires

Envoyer Imprimer PDF

Le confinement n’a pas stoppé l’épicerie sociale de l’association Repartir de Lauterbourg : si elle ne peut plus accueillir ses bénéficiaires, les bénévoles et salariés se sont mis à la livraison à domicile.

100420

épicerie sociale continue à fonctionner, malgré le confinement, et s’est adaptée à vitesse grand V dès la première semaine. À présent, les trois salariés (dont deux en contrat aidés) et six bénévoles confectionnent et livrent à domicile des colis pour les bénéficiaires.

Une adaptation dès la première semaine de confinement

« Il y a eu un gros travail d’adaptation, insiste Martine Sutter, la présidente de l’association Repartir, qui gère l’épicerie sociale. On a rassemblé les adresses mail de tous les bénéficiaires, que l’on joint d’habitude par téléphone. Maintenant, ils nous envoient leur liste de courses par mail, et on prépare un colis correspondant, selon ce que nous avons reçu de la banque alimentaire, qui heureusement fonctionne encore, et des dons de Carrefour Market. » Le gros du travail concerne ensuite la livraison, sur un secteur s’étendant de Stattmatten à Soultz-sous-Forêts, Lampertsloch, jusqu’aux portes de Wissembourg, où une autre épicerie sociale est en activité.

« Une quarantaine de familles bénéficient de ces colis. À celles qui habitent Lauterbourg même, on demande de venir chercher leurs colis sur place. L’épicerie ne peut pas être adaptée pour accueillir du public dans les conditions sanitaires nécessaires, donc ils passent juste récupérer leurs commandes. »

Une réactivité appréciée

Parmi les bénévoles, qui sont bien plus nombreux que cela en temps normal, ceux qui ont plus de 70 ans aident à distance, pour le démarchage, les courriers, « et le soutien moral , sourit Martine Sutter. On a beaucoup de nouvelles demandes de personnes qui souhaiteraient être bénévoles, mais nous n’avons plus de place pour tous les accueillir. »

« La première semaine a été assez compliquée, avec un peu de tâtonnements, les dernières familles ont été livrées à 20 heures le soir », explique Martine Sutter. D’autant que l’équipe ne dispose que de deux véhicules utilitaires, dont aucun n’est frigorifique, et a dû adapter ses circuits pour livrer à temps les produits surgelés. « Mais cela s'est déjà amélioré la seconde semaine. En plus, l’équipe de Betschdorf s’est adaptée et nous mettra un véhicule supplémentaire à disposition. Nous nous sommes adaptés très très vite : même pour les masques qui nous manquaient, c’est une bénévole couturière qui nous en a confectionnés. Nous avons aussi une bonne trésorerie, qui nous permet de fonctionner comme ça. Les services sociaux en sont soulagés, ils savent qu’ils peuvent continuer à orienter les familles vers nous. Nous pouvons être fiers de cette réactivité. »



Mis à jour ( Vendredi, 10 Avril 2020 06:33 )